Soft skill bien ordonnée commence par soi-même ! – Conférence Sciences-Po du 11 avril

 In Actualités Nextmodernity, Cas et retours d'expérience, Change, Conduite du changement, Conférences et interventions, Le Blog, Ressources humaines, Social Learning, Transformation numérique

Article initialement publié sur Pulse Linkedin

Le thème des soft skills et de leur développement au coeur de nos réflexions à Nextmodernity démontrait toute son actualité et sa pertinence mercredi dernier où beaucoup de monde s’était retrouvé à Sciences Po pour écouter Jérémy Lamri du Lab-RH, Gilles Poirieux et Marie Vezy dans une soirée animée par Michel Barabel. Le thème ? « Soft skills : l’expertise métier serait-elle devenue inutile ? »

Le suspense n’a pas duré longtemps : l’expertise métier, ou hard skill, est plus que jamais utile. Le problème est que sa durée de vie est de plus en plus courte, et que les soft skills sont à la fois pérennes et condition d’acquisition et de bonne utilisation des hard skills. Vous dire tout de suite que la soirée était passionnante et que la relater dans ce seul article serait trop long à l’heure de l’information digest.

D’abord, tout le monde -y compris moi- se demande ce qui se cache derrière le mot-valise « soft skills » dont il existe selon Michel des centaines de définitions… et sur lesquels Jérémy est incollable (j’y reviendrai). Pour l’instant je me contente d’une approche par des exemples : esprit critique, créativité, leadership, capacité à apprendre, communication, sociabilité, gestion du stress, etc.

Et tout d’un coup, ces chiffres : 92 % de la population a la capacité d’avoir un bon niveau de soft skills, 15 % les exprime (les dé-montre).

Donc, plutôt que de « former » aux soft skills, comme on le fait pour les hard skills, il s’agit bien de permettre aux personnes de « révéler » leurs soft skills, de les mettre en mesure de les « développer », littéralement de les « mettre en valeur »…

Et, comme en écho, l’intervention de Gilles Poirieux : il est nécessaire pour chacun, à un moment, de -je le cite- « faire un arrêt sur image, pour savoir qui on est : envies, talents,… » (et j’ajouterais : valeurs, sens). Marie Vezy affirme plus loin : « on en a marre de voir des clones », « il faut apprendre à se connaître… », « travailler sur soi pour être le plus authentique possible ». Ces témoignages rejoignent et renforcent nos convictions sur l’importance de ce qu’on pourrait appeler les self skills.

Alors, si demain vous offriez à vos collaborateurs (tous, aussi ceux qui se sentent sur le radeau de la Méduse, comme dit Michel) un temps, et un accompagnement pour faire connaissance avec eux-mêmes, découvrir leurs passions, talents et valeurs, ainsi qu’une « boussole » pour comprendre où ils sont et ce qu’ils peuvent accomplir ? Ce serait une marque de confiance réciproque, un « cadeau » non seulement à eux, mais aussi à votre entreprise, que de lui offrir non plus des employés, mais des déployés.

Si vous avez envie de prendre au mot Marie Vezy et Gilles Poirieux, contactez-les. Si vous voulez passer à l’acte, contactez-nous, notre approche iNowdge est prête pour répondre à votre projet.

Je sais, cette dernière phrase est une invitation commerciale. Mais ce n’est pas tous les jours que les prêcheurs du désert que nous sommes depuis des années prennent conscience qu’ils avaient raison de persévérer pour proposer des approches et des outils qui répondent aux vraies questions d’aujourd’hui.

PS il y avait bien d’autres découvertes à faire ce soir-là, et j’y reviendrai dans de prochains articles…

Recent Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Vous désirez en savoir davantage sur Nextmodernity ? Echanger autour de vos enjeux ? Laissez nous un message et nous reviendrons vers vous au plus vite.

Not readable? Change text. captcha txt
Yves GrandmontagneSkype Vs Teams : Qui en sortira vainqueur ? Nextmodernity vNext